Du 22 au 24 Avril 2018

 

 

Le président du Conseil constitutionnel, Mourad Medelci, a pris part au Caire à la tête d'une délégation aux travaux de la 10ème Assemblée générale de l'Union des cours et conseils constitutionnels arabes prévue du 22 au 24 avril.

Les travaux de la 10ème Assemblée générale de l'Union des cours et conseils constitutionnels arabes porteront sur "l'examen et le débat de plusieurs questions réglementaires liées au développement de l'Union afin de concrétiser les objectifs ayant présidé à sa création et de renforcer ses relations avec les autres espaces, notamment la Conférence des juridictions constitutionnelles africaines (CJCA).

Le président du Conseil constitutionnel, Mourad Medelci assistera également aux réunions de la commission scientifique de l'Union des cours et conseils constitutionnels arabes qui traiteront du thème "Derniers développements constitutionnels dans le monde arabe : expériences de la justice constitutionnelle arabe en matière de droit à l'égalité et de liberté religieuse et culturelle".

 ---------------------------------------------

 

18 Mars 2018

 

             Signature d’un protocole de coopération sur la formation des cadres dans le domaine de l'application du mécanisme de l'exception d'inconstitutionnalité entre le Le Conseil Constitutionnel et le PNUD

 

pnud  

Un protocole de coopération sur la formation des cadres dans le domaine de l'application du mécanisme de l'exception d'inconstitutionnalité, consacré par la révision constitutionnelle de mars 2016 a été signé entre le Conseil Constitutionnel et le Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD), le 18 mars 2018 à Alger.

 

Le protocole de coopération a été signé par le président du Conseil constitutionnel, Mourad Medelci, le Coordonnateur résident du système des Nations Unies et représentant résident du PNUD en Algérie, Eric Overvest, et le représentant du ministre des Affaires étrangères, en présence du directeur du Bureau régional du PNUD pour les Etats arabes, Mourad Wahba.

D’une durée de trois ans, ce protocole permettra aux deux parties de prendre connaissance d'un programme qui vise principalement à aider le Conseil constitutionnel à appliquer les amendements constitutionnels de 2016, dans le cadre des réformes initiées par le président de la République, notamment l'article 188 de la Constitution ", a précisé M. Medelci dans une déclaration à l'issue de la signature.

  Cette réforme est très importante, car elle permet au citoyen de "défendre la Constitution", a ajouté le président du Conseil constitutionnel, soulignant que "la loi organique précisera la méthodologie y afférente, le plus important étant la question de l'application qui passe par plusieurs étapes, notamment la formation des cadres ".

   L'article 188 de la Constitution stipule que "le Conseil Constitutionnel peut être saisi d'une exception d'inconstitutionnalité sur renvoi de la Cour suprême ou du Conseil d'Etat, lorsque l'une des parties au procès soutient devant une juridiction que la disposition législative dont dépend l'issue du litige porte atteinte aux droits et libertés garantis par la Constitution".

 

 ---------------------------------------------

 

février 2018

Le président du Conseil Constitutionnel, Mourad Medelci, a mis l'accent, mercredi au Caire, dans une allocution prononcée devant les présidents des Cours constitutionnelles et des Cours suprêmes africaines, sur "la nécessité de consolider les liens et la coordination entre les Cours et les Conseils constitutionnels africains".

Lors de la deuxième réunion de haut niveau des présidents des Cours constitutionnelles et des Cours suprêmes africaines, qui a vu la participation de plus de 40 pays, M. Medelci a appelé "à la consolidation des liens et de la coordination entre les Cours et les Conseils constitutionnels africains, aux niveaux continental et international, au sein de la Conférence des juridictions constitutionnelles africaines (CJCA), qui compte actuellement 45 cours et conseils constitutionnels".

Le président du Conseil Constitutionnel a évoqué les préparatifs en cours pour la tenue de la 5e Assemblée générale de la Conférence mondiale sur la justice constitutionnelle, prévue en 2020 en Algérie, élue, lors de la précédente session, tenue en 2017 en Lituanie, pour abriter cette rencontre internationale.

M. Medelci a appelé, en outre, à saisir cette occasion pour examiner la question du lien entre la paix et la justice constitutionnelle, cette problématique récurrente qui implique la conjugaison des efforts aux plans national et international, affirmant que cela est à même de définir les principes et mécanismes permettant aux juridictions constitutionnelles de devenir un acteur essentiel dans la prévention et le règlement des conflits, notamment lorsque le droit à la paix est fragilisé.

Le président du CC a estimé nécessaire de mettre en évidence le lien entre la paix, en général, et la Réconciliation nationale, condition sine qua non pour la réalisation de la paix, citant à ce propos les expériences de certains pays dont l'Algérie et l'Afrique du Sud, qui grâce aux politiques judicieuses de leurs dirigeants, ont réussi à trouver des solutions permanentes à leurs crises, sur la base de mécanismes politiques et juridiques adéquates.

A cette occasion, le président égyptien, Abdelfattah Al-Sissi, a reçu le président du CC, Mourad Medelci, ainsi que les présidents des délégations participant à cette rencontre, lors de laquelle l'importance de la consolidation de la coopération entre les Cours et les Conseils constitutionnels africains, a été soulignée, de façon à contribuer à l'ancrage de la justice, de la promotion de la démocratie et de la protection des droits de citoyens au niveau continental.

 ---------------------------------------------

 

Janvier 2018

 Le président du Conseil constitutionnel, Mourad Medelci, a pris part à à Durban (Afrique du Sud) à la 9e Réunion du Bureau de la Conférence des juridictions constitutionnelles africaines (CJCA).

Les participants aux travaux de cette 9e session de la Réunion du Bureau de la Conférence des juridictions constitutionnelles africaines (CJCA) se sont penchés, deux jours durant, sur des questions liées aux activités de la CJCA, qui compte 45 juridictions, et à ses relations extérieures à la lumière de l'importance croissante qu'elle revêt aux niveaux régional et international.

A cette occasion, M. Medelci a eu des rencontres de concertation et de coordination avec plusieurs de ses homologues, notamment sur les préparatifs de la tenue de la 5e session de la Conférence sur la justice constitutionnelle prévue à Alger en 2020.

La Constitution

1 1